En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nécessaires au bon fonctionnement du site. En savoir plus ×

Encéphalite à tiques : tout savoir sur le premier ennemi des randonneurs

Encéphalite à tiques

L’encéphalite à tiques est une maladie virale du système nerveux central.

Selon des études menées auprès de plusieurs établissements de santé publics et privés, les randonneurs sont les premières victimes de cette pathologie. Les longues balades en forêt et montagne les exposent aux piqures de tiques.

Plus connue sous l’acronyme de FSME, la méningo-encéphalite à tiques est à l’origine de complications neuropsychologiques paralysantes.

Ces dernières nécessitent parfois, une hospitalisation de longue durée, et le recours à la kinésithérapie afin de minimiser ses séquelles.

Les frais des physiothérapies sont remboursés par les mutuelles ou assurances partenaires de

« Mutuelledassurance.net ».

Demandez vos devis gratuits et choisissez une couverture santé efficace pour une meilleure prise en charge des frais de soins.

Encéphalite à tiques : Quels sont les modes de transmission et les symptômes de l’FSME ?

L’ encéphalite à tiques d'Europe Centrale est causée par un arbovirus nommé TBE (Tick-Borne Encephalitis) transmis à l’homme par des piqures de petits acariens de la famille des araignées. Ces bestioles vivent et se reproduisent dans les forets à végétations épaisses ou dans les crevasses.

Les tiques se nourrissent de sang pour vivre et se reproduire. En cas de morsure par une tique infectée par le virus, l’homme peut contracter le FSME.

Après une période d’incubation de 15 jours, les premiers symptômes de la méningo-encéphalite à tiques apparaissent :

Ces manifestations ressemblent à ceux de la grippe estivale et dure entre 2 et 8 jours. Après cette période, 30% des personnes piquées souffrent de complications neurologiques, comme:

  • les maux de tête aigus,
  • une intolérance à la lumière,
  • les troubles de la concentration,
  • les vertiges et des nausées,
  • les pertes fonctionnelles des membres et paralysie faciale.

L’encéphalite à tiques présente des symptômes variés et parfois cliniquement graves. Le diagnostic de cette maladie virale du système nerveux central s’effectue après la consultation du généraliste et suite à des examens biologiques pour rechercher le virus TBE dans le liquide céphalo-rachidien ou déceler les anticorps caractéristiques dans le sang.

Ces analyses bactériologiques et sérologiques sont onéreuses ; leurs prises en charge par l’assurance maladie se limitent à 60%. Pensez à optimiser le remboursement de vos frais médicaux, réalisez vos devis personnalisés sur « Mutuelledassurance.net » et optez pour une couverture santé performante.

Encéphalite à tiques : Comment se prémunir contre cette maladie virale ?

L’encéphalite à tiques est fréquente au printemps et en automne. Elle touche essentiellement les personnes en relations avec les forets et la grande nature comme les campeurs, les gardes forestiers, les chasseurs ou encore les randonneurs.

En absence de traitements médicamenteux spécifiques à la FSME, il est recommandé d’adopter certaines précautions afin de se prémunir des piqûres de tiques:

  • porter des vêtements capables de garantir une bonne aération au corps et de couvrir la plus grande partie
  • mettre des pantalons bien serrés jusqu’aux chevilles
  • s’habiller de couleur claire pour détecter facilement les tiques
  • appliquer des produits répulsifs cutanés à base d’huiles essentielles
  • faire attention lors des randonnées dans les sous-bois
  • éviter de s’assoir directement dans les hautes herbes

Ceci permette de réduire le risque de contamination par la majorité des arbovirus transmis à l’homme par les piqures d’insecte comme le Chikungunya véhiculé par le moustique tigre.

Il est préconisé de compléter ces gestes préventifs par un vaccin contre l’encéphalite à tiques en cas de séjours en zone rurale ou dans les payes endémiques tel que la Suisse. Le schéma vaccinal comprend :

  • deux injections espacées de 1 à 3 mois
  • une troisième injection, 5 à 12 mois plus tard
  • un rappel 5 ans après la dernière injection.

Les vaccins contre la méningo-encéphalite à tiques comportent certaines contre-indications, notamment pour les femmes enceintes ou allaitantes. Dans ce cas, il est primordial de procéder à de nombreuses consultations et analyses avant l’inoculation.

Pour trouver une complémentaire santé qui prévoit le renforcement des prises en charge des frais de maternité, faites vos devis en ligne et optez pour une efficace sur « Mutuelledassurance.net ».